15février
15 février 2023 - 20:30
CIE MARCO FLORES en accord avec OPÉRA 2001 présente

RAYUELA - Cie Marco FLORES

Point Accueil Culture billetterie
Centre de Congrès du Dôme - Entrée parking du Dôme
33 (0) 468 115 915 - pacbilletterie@mairie-carcassonne.fr
Conditions générales de vente

Infos COVID-19

Tarifs

Général :

  • Orchestre et 1er balcon : 36€
  • 2ème et 3ème balcon : 26€

Réduit :

  • Orchestre et 1er balcon : 30€
  • 2ème et 3ème balcon : 20€

Spécial : 10€

Frais de location inclus

Durée : 1h20

Mise en scène et dramaturgie : Francisco LÓPEZ
Choréographie et danse : Marco FLORES
Conseillère de choréographie : Olga PERICET
Musique originale : Alfredo LAGOS
Chant : David LAGOS ou Alfredo TEJADA
Guitare : Alfredo LAGOS ou José TOMÁS
Création lumières : Ada BONADEI
Création son : Jorge CACHEDA
Création costumes : Olga PERICET
Réalisation des costumes : Maribel RODRIGUEZ
Costumes : MARCO FLORES dans “Déjate de Milongas”: Paul SMITH
Confection des bottes : Antonio GARCÍA
Castañettes : CASTAÑUELAS DEL SUR
Photographie : FERGÓ / ROMO
Production exécutive et coordination technique : Miquel SANTIN

Au début, c’était le battement du coeur : la pulsation primordiale d’une vie qui est devenue rythme, tempo : Marco.

Puis des ailes sont nées sur ses pieds, mille fleurs dans son âme. Les mésaventures et les rires ont façonné sa peau d’eau et ouvert des sillons à l’émotion et au cri, au deuil et à la fête : parce que le flamenco était ce lieu sans limites où son impulsion (créative, vitale) prenait tout son sens.

Maintenant, il est temps de raconter ce vécu ; de revenir aux origines, il y a vingt ans. Non pas pour recommencer, mais tel un voyageur dans le temps, attentif et sincère, de redécouvrir l’essence du vrai flamenco et le faire revivre plein de sens, loin du musée, dans l’émotion de sa pulsation kaléidoscopique, de sa danse insaisissable, du coeur pur d’un artiste du XXIe siècle : Marco Flores

  • « Encore et encore, Marco danse comme il le veut : dans les airs, sur le sol, avec son « braceo » (mouvement des bras) infini, avec sa danse hybride, avec son zapateado trépidant, avec ses déplacements subtils, avec ses revers imprévisibles. Comme l’a dit Machado, une fête est composée de trois personnes : l’une danse, l’autre chante et l’autre joue. Si simple, si compliqué ». LA VOZ DEL SUR